nous sommes partout

nous sommes partout

Glossaire

…nous sommes partout, même dans le vide
…patience, patience… ça charge

Abolitionnisme

Selon les contextes, voir « anticarcéral » ou « féminisme abolitionniste ».

ACAB, 1312

ACAB, acronyme de l’anglais All Cops Are Bastards (Tous les flics sont des salauds) est un slogan antipolice. L’acronyme est parfois remplacé par le nombre 1312, en référence à la position des lettres A, C, A, B dans l’alphabet latin. Il est arrivé que des personnes l’utilisant soient condamnées pour outrage à agent. Plusieurs déclinaisons ont été proposées, parfois pour contourner cette censure (All Cats Are Beautiful) ou inclure d’autres luttes (All Colours Are Beautiful ; All Clitoris Are Brave, etc.).

Action directe

Dans l’usage militant, l’action directe désigne le fait d’agir immédiatement sur l’ordre des choses par opposition aux voies politiques institutionnelles, représentatives et étatiques qui constituent des actions « indirectes ». L’action directe peut avoir une acception plus ou moins large selon l’interprétation que l’on en fait : squat, occupation, désobéissance civile, collages, sabotage, collectifs ouvriers et autogérés, permanences juridiques gratuites, etc. Suivant certains usages, on peut utiliser le terme pour désigner uniquement les actions illégales et/ou considérées comme violentes.

Adelphes et adelphité

Du grec adelphos (utérin), l’adelphité désigne le lien entre des personnes qui ont les mêmes parents, indépendamment de leur genre. Le terme est utilisé comme un mot non genré permettant de dire à la fois « sororité° » et « fraternité ». Dans le féminisme queer°, il est utilisé pour regrouper, dans ce même sentiment d’appartenance, les personnes non binaires.

Alliéex

Les alliéexs sont les personnes qui soutiennent et parfois participent à des luttes contre des formes de domination par lesquelles elles ne sont pas directement concernées. Le terme « alliéex » sert à mettre en évidence le fait que c’est aux personnes concernées par une domination de mener une lutte et que c’est à elles de s’exprimer, de s’autodéterminer et de décider ce dont elles ont besoin. Un homme cis°, par exemple, peut être à l’écoute, s’informer, amorcer un processus de déconstruction, soutenir et venir en aide selon les besoins exprimés par des groupes féministes, mais ce ne sera pas à lui de déterminer comment les luttes féministes doivent être menées. Il en va de même pour les personnes blanches face aux luttes antiracistes, les personnes cishétéros face aux luttes LGBTQIA+°, les personnes valides face aux personnes vivant avec un handicap, etc.

Anticarcéral

Désigne largement la constellation de mouvements, de textes et de pratiques luttant pour l’abolition du système carcéral donc de la prison ou encore des centres de renvoi dans le domaine de l’asile. Le terme anticarcéral sert souvent à expliciter qu’un mouvement n’a pas une approche réformiste° (améliorer les conditions d’emprisonnement), mais révolutionnaire (détruire le principe même de l’emprisonnement). Ces luttes sont également un vivier de réflexions sur les formes alternatives de justice (voir dans ce glossaire : « Justice réparatrice »). Dans l’usage, beaucoup de mouvements se désignent comme « abolitionnistes » (sous-entendu, de la prison), ce qu’il ne faut pas confondre avec d’autres usages du terme (abolitionniste du travail du sexe° par exemple — voir dans ce glossaire « Féminisme abolitionniste »).

Assemblée citoyenne

L’assemblée citoyenne est un concept dont la définition politique varie selon les contextes. Le principe de base est de créer une institution permettant aux individus de s’exprimer et d’exercer directement le pouvoir politique, par exemple sur la gestion d’un territoire ou des enjeux législatifs. Les applications varient grandement : regroupements consultatifs et sans pouvoir de citoyennexs initiés par les gouvernements ou assemblées de citoyennexs qui s’auto-organisent pour renverser les mêmes gouvernements. Le terme a pu être utilisé pour désigner des formes autogestionnaires comme les assemblées de lutte dans les usines, des réformes constitutionnelles visant à l’instauration de mécaniques démocratiques directes ou encore des propositions émanant des théoriciennexs de l’holacratie ou de la sociocratie.

Auto-organisation / autogestion

L’autogestion désigne le fait, pour un groupe de personnes ou une structure, de se gérer collectivement, sans l’intermédiaire décisionnaire d’un gouvernement ou d’une hiérarchie. L’autogestion est un mode d’organisation qui implique notamment l’abolition de toute forme de hiérarchie, la recherche du consensus comme mode de décision, la collectivisation des richesses, des savoirs, des droits et des devoirs. En théorie comme en pratique, l’autogestion implique souvent le refus, ou du moins la réduction, des fonctions représentatives dans une organisation.

Binarité de genre

Voir « non-binarité, personnes non binaires ».

Black hat

Les black hats sont des hackeureuxses qui agissent dans l’illégalité. Il est difficile d’établir d’autres traits communs liés au terme : les black hats peuvent agir pour des buts et des bords politiques très variés. Dans certaines terminologies, la notion de black hat désigne des personnes agissant avec de « mauvaises intentions », une axiologie évidemment refusée dans les cercles hacktivistes politisés : abolir la propriété intellectuelle, est-ce une « mauvaise intention » ?

Black bloc / bloc radical / bloc révolutionnaire

Le black bloc est une forme d’organisation collective essentiellement mise en place durant des manifestations. Son nom vient de l’adoption de vêtements noirs qui visent à uniformiser les participanxtes pour les rendre plus difficiles à identifier. Fréquemment, le bloc émerge comme une partie plus « violente » et déterminée d’un cortège pacifique. Ce choix tactique conteste le monopole étatique de la violence légitime et permet aux militanxtes de résister activement à la répression, par exemple en ne se laissant pas interpeller et arrêter. Dans le vocabulaire militant, d’autres usages comme « bloc radical » ou « bloc révolutionnaire » désignent une idée similaire et l’on observe des variations thématiques comme green bloc° (dans les manifestations écologistes), pink bloc (féminisme/queer°) ou même clown bloc.

Body positive

Les discours et les mouvements body positive luttent contre le body shaming°, la grossophobie et toutes les formes de discrimination causées par les normes sociales liées au corps et les canons de beauté dominants. Les courants body positive permettent de montrer que la beauté est une construction sociale et mettent en valeur la pluralité des apparences corporelles : aisselles et jambes poilues, vergetures, cheveux blancs, calvities, rides, bourrelets, cicatrices, etc.

Body shaming

Le body shaming désigne le fait de moquer, critiquer ou humilier une personne sur la base de ses caractéristiques corporelles (poids, formes, taille, etc.), lorsque celles-ci n’obéissent pas aux critères socialement normés de la « beauté ». Ce phénomène a été exacerbé par l’usage des réseaux sociaux.

Care

Care est un terme anglais qui peut être traduit en français de différentes façons : soin, attention à autrui, sollicitude, souci, bienveillance. Issu des remises en question féministes de l’utilitarisme en psychologie, il s’est depuis étendu à d’autres disciplines (économie du care, philosophie du care, etc.). Il est utilisé très diversement pour désigner, par exemple, les emplois ayant pour fonction le soin à la personne ou le rapport à soi et aux autres dans un collectif. De manière générale, il est souvent connoté par le désir d’un renversement de certaines valeurs capitalistes, patriarcales° et modernistes comme l’efficacité, la productivité, la virilité, le jusqu’au-boutisme.

Consensus d’action

Un consensus d’action est un cadre posé par les organisateurixes et/ou les participanxtes d’une action pour en définir les modalités théoriques et pratiques. Il peut par exemple spécifier le déroulé de l’action, le comportement souhaité des participanxtes, le recours ou non à des actions illégales/violentes, les risques juridiques encourus par les participanxtes ou la ligne de défense publique à adopter. Les consensus d’action servent à constituer un cadre dans lequel chaque militanxte sait à quoi s’attendre, afin de pouvoir se préparer pragmatiquement, matériellement et psychologiquement à l’action.

Contre-média

Terme générique utilisé pour désigner les médias alternatifs et politisés diffusant une information différente de celle des médias mainstream et institutionnels. Dans l’usage francophone, le terme de contre-information est plutôt utilisé par les mouvements d’extrême gauche et/ou révolutionnaires, alors que les courants réactionnaires et/ou fascisants parlent plus volontiers de « réinformation ».

Copwatching

Le copwatch ou copwatching désigne l’action de filmer la police dans l’exercice de ses fonctions, dans une perspective militante. On peut filmer la police pour prévenir les violences policières en lui montrant qu’elle est observée, pour créer un rapport de force avec l’autorité, pour documenter des violences policières à des fins de publicisation et comme arme juridique, etc.

Critical mass

Une critical mass est une manifestation à vélo (ou tout autre moyen de locomotion non motorisé) qui se déroule simultanément, chaque dernier vendredi du mois, dans des centaines de villes du monde et qui vise à se réapproprier les rues et l’espace public. Le mouvement, étroitement lié aux luttes écologistes, a commencé en 1992 à San Francisco. Une critical mass n’est pas une organisation à proprement parler, il n’y a pas de leader et elle est généralement auto-organisée puisqu’il s’agit simplement, grâce à un rendez-vous régulier, de constituer une masse critique permettant d’occuper l’espace urbain et de créer des embouteillages.

DDoS attack (verbe : ddosser)

Distributed Denial Of Service. L’acronyme désigne une forme d’attaque numérique durant laquelle celleux qui attaquent cherchent à saturer le serveur ciblé (souvent un site internet en particulier) en le forçant à gérer un trop grand nombre de connexions. Par analogie, on peut rapprocher ce type d’attaque de l’occupation d’un bâtiment par un groupe de personnes suffisamment grand pour le rendre inutilisable. L’usage hacktiviste en fait parfois un verbe : je ddosse, tu ddosses, iel ddosse, nous ddossons, etc.

Désarrêter

Néologisme désignant le fait d’intervenir pour libérer une personne qui vient d’être arrêtée par la police, par exemple en encerclant un fourgon jusqu’à ce que les personnes arrêtées soient libérées ou en engageant une confrontation physique avec la police pour qu’elle relâche une personne menottée.

Détèrex

Contraction de « déterminéex ». Souvent utilisé comme un synonyme de « radical » ou de « prêxtes à militer violemment s’il le faut ».

Doxxing

Le doxing ou doxxing dérive du mot « docs » (documents). Il fait référence à l’acte de rendre publics sur le net des documents qui dévoilent une identité ou des actions préalablement inconnues. C’est notamment une pratique visant à révéler des informations personnelles concernant des ennemis, par exemple en affichant publiquement qu’une personne participe à des événements néonazis, a tenu des propos racistes ou a perpétré des agressions sexuelles.

Dublin (Réglementation de)

Réglementation sur le droit d’asile au sein de « l’espace Dublin » (composé des 27 États de l’UE plus la Suisse, le Liechtenstein, la Norvège et l’Islande) dont la dernière version est entrée en vigueur en 2013. Les accords sont notamment critiqués parce qu’ils stipulent « qu’une demande d’asile ne peut être examinée qu’une seule fois à l’intérieur de l’espace Dublin : dans le pays de première arrivée1 ». Cela permet à un pays sans frontières maritimes comme la Suisse, de renvoyer aisément touxte requéranxte d’asile vers le pays par lequel iel est entréex en Europe. « Sur la période 2009-2014, la Suisse est sortie clairement vainqueur de Dublin : elle a en effet renvoyé 19'517 requéranxtes d’asile, mais les autres États ne lui en ont renvoyé que 25232 ».

Dumb phones

Par opposition au smartphone, le dumb phone, littéralement « téléphone stupide », est un téléphone portable de première génération ou aux fonctionnalités basiques, qui n’a pas (toujours) la possibilité de se connecter à internet.

Écocide / écocidaire

Terme désignant tout acte de destruction des écosystèmes. La formulation en -cide, calquée sur génocide, vise à la formation d’un terme qui connote ces actions comme explicitement criminelles et/ou meurtrières.

Écoféminisme

Terme généralement utilisé pour désigner la convergence des enjeux écologistes et féministes. Très souvent, la critique sociale écoféministe insiste sur l’intrication de la domination patriarcale, de la destruction des écosystèmes et du colonialisme, tant sur les plans économiques et juridiques que dans les représentations et les imaginaires (la masculinité dominante se définissant notamment par la domestication de la nature sauvage). Le terme peut aussi être utilisé pour se référer spécifiquement au mouvement qui s’est autodésigné comme écoféministe, né aux États-Unis au milieu des années 60, lié notamment aux luttes contre l’énergie nucléaire et la pollution industrielle de masse.

Empowerment / empouvoirement

Empowerment, en français empouvoirement, encapacitation ou encore autonomisation sont des termes qui désignent le processus par lequel une personne ou un groupe social, par un mouvement d’affranchissement, reprend le pouvoir sur ses conditions économiques, politiques, identitaires, sociales ou culturelles. Dans ce terme, la notion de pouvoir s’articule à celle d’apprentissage qui permet, justement, d’y accéder. On peut utiliser empowered pour désigner une personne ou un groupe social dont le processus d'empowerment aurait abouti.

Femmes*

Le terme « femmes » suivi d’un astérisque est une convention typographique notamment utilisée, dans le contexte suisse romand, par la Grève Féministe, qui souligne la volonté d’inclure dans ce mot toute personne qui n’est pas un homme cisgenre. Cette manière d’inclure les identités de genre minorisées est toutefois critiquée parce que l’on considère que cela continue d’invisibiliser les hommes trans, les personnes non binaires et toutes les personnes qui ne veulent pas résumer leur identité de genre à un terme issu de la binarité. À noter qu’en anglais, le terme femme est parfois utilisé dans un but similaire, considéré comme plus inclusif que woman.

Féminisme abolitionniste

Le plus souvent, lorsqu’il n’y a pas de précision, la locution fait référence aux courants féministes qui militent pour l’abolition du travail du sexe° en cherchant notamment à criminaliser les travailleureuxses et/ou les clienxtes. Fréquemment, cette position s’étend à l’ensemble des métiers de l’industrie du sexe.

FTP

Acronyme de Fuck The Police. Il a connu de nombreuses déclinaisons, souvent pour contourner des procès pour insulte à agent : Feed The People, Fight The Power, etc.

Gentrification

La gentrification est un processus de transformation de la composition sociale et démographique d’un quartier populaire urbain ou périurbain à l’arrivée de ménages plus aisés qui y importent des modes de vie ou de consommation différents. Le terme vient de l’anglais gentry, bourgeoisie, et il est parfois traduit par « embourgeoisement » ou encore par « boboïsation ».

Green bloc

Mot apparu dans les luttes écologistes pour désigner la formation de groupes d’actions « violentes » anonymes dans les manifestations pour le climat, formés sur le modèle du black bloc° (de tradition plus généralement anarchiste, syndicaliste et anticapitaliste).

Hackathons

Rencontres entre personnes de la communauté hack, souvent sous la forme de festivals où sont organisés des conférences et des concours visant à développer des connaissances et des compétences techniques dans le domaine de la programmation informatique.

Hackerspaces

Espaces ou locaux constituant des ateliers de formation au hack ou aux pratiques numériques en général.

Hommes cis / mecs cis / cisgenres

L’adjectif cisgenre, abrégé en « cis » est un néologisme désignant un type d'identité de genre° où le genre ressenti d’une personne correspond à celui qui lui a été assigné à sa naissance. Le mot est construit par opposition à celui de transgenre°. Lorsqu’on parle de mecs cis ou d’hommes cisgenres, on parle de personnes qui, lorsqu’elles sont nées, ont été assignées au genre masculin et se reconnaissent dans ce genre. S’agissant d’une position dominante dans les systèmes patriarcaux°, les hommes cis bénéficient de privilèges par rapport aux autres identités de genre.

Identité de genre

L’identité de genre est initialement un concept sociologique qui désigne le sentiment d’appartenance à un genre en dehors de toute considération biologique. Ce terme permet de se défaire de la biologie, de considérer que les genres sont des constructions sociales et donc de se baser sur le ressenti d’une personne pour définir son genre. L’identité de genre est à distinguer de l’orientation sexuelle qui désigne le genre des personnes par lesquelles on est sexuellement et/ou amoureusement attiré.

Incels

Abréviation de l’anglais Involuntary Celibate. La sous-culture incel est constituée de communautés en ligne misogynes et masculinistes dont les membres se présentent comme étant incapables de trouver une partenaire amoureuse ou sexuelle, état qu’ils décrivent comme un célibat involontaire ou inceldom. Ceux qui se proclament incels sont presque exclusivement des hommes cis hétérosexuels. La communauté incel rassemble des profils divers, généralement unifiés derrière l’idée que le féminisme les a privés de leur « droit naturel masculin » sur les femmes. Ces communautés sont particulièrement présentes aux États-Unis, où certains incels ont commis des actes terroristes faisant plusieurs victimes.

Infokiosque

Un infokiosque peut prendre la forme d’un étal éphémère — voire mobile — de brochures, publications imprimées et de zines, ou la forme plus organisée d’une librairie indépendante, militante et Do It Yourself prônant la diffusion autonome, l’autoéducation et l’autoproduction. L’infokiosque est un moyen d’action politique qui permet de mettre en commun les expériences militantes, les savoirs pratiques, théoriques et émotionnels en dehors des logiques marchandes, les brochures étant généralement gratuites ou à prix libre, pour que l’éducation politique fasse partie du bien commun. Les brochures des infokiosques sont photocopiées à l’aide de matériaux les moins chers possibles. L’une des principales ressources en ligne pour les infokiosques francophones est le site Infokiosque.net.

Intersectionnalité

L’intersectionnalité est une notion employée en sociologie et en théorie politique pour désigner la situation de personnes subissant simultanément plusieurs formes de dominations dans une société. Le terme a été proposé par l’universitaire et militante afroféministe américaine Kimberlé Williams Crenshaw en 1989 pour parler spécifiquement de l’intersection entre le sexisme et le racisme subis par les femmes afro-américaines et expliquer pourquoi ces femmes n’étaient pas prises en compte dans les discours féministes de l’époque.

IRC

Internet Relay Chat. Protocole de communication textuelle sur internet qui désigne par extension des forums ou tchats en circuit court utilisant ce protocole, parfois hébergés en dehors du web grand public.

IRL

In Real Life. Acronyme utilisé dans le cyberespace pour désigner la vie non numérique.

Justice restaurative ou réparatrice ou transformatrice

Les justices restaurative, réparatrice et transformatrice proposent des modes alternatifs de résolution de conflits. Les justices s’opposent à la justice punitive (qui répond aux délits ou aux crimes par des punitions : emprisonnement, amendes, etc.) par un travail impliquant l’inclusion de toutes les parties impliquées dans le conflit. Ces justices participatives, fondées sur le dialogue, visent la guérison, la réparation et la réinsertion sociale. Certaines formes maintiennent l’idée de la punition, d’autres la récusent. Elles s’accompagnent le plus souvent d’une réflexion sur la nécessité de remplacer la justice étatique par des formes de justice populaires et autogérées. Le Chiapas zapatiste est un exemple de société anticarcérale° fonctionnant à large échelle sans justice punitive.

LGBTQIA+

LGBTQIA+ est un acronyme rassemblant différentes orientations sexuelles, identités de genre° et communautés qui ne sont pas incluses dans le modèle hétéronormé et patriarcal° de nos sociétés : Lesbienne, Gay, Bisexuelle, Transgenre, Queer, Intersexe, Asexuelle. Le signe « + » sert à désigner la diversité des orientations sexuelles et des identités de genre : pansexualité, personnes agenréexs, genderqueer, bigenres, etc.

Mansplaining, mansplainer

Le mansplaining est un concept féministe qui désigne le comportement d’un homme cisgenre expliquant à une femme ou à une personne non binaire des choses sur lesquelles iel est objectivement plus compétenxte, sur un ton condescendant ou paternaliste. Le mansplaining s’explique par l’éducation et la socialisation dont bénéficient les hommes cisgenres dans des contextes et systèmes basés sur le patriarcat°. En français québécois, le terme est traduit par « pénispliquer ».

Mégenrer

Mégenrer est l’acte d’attribuer un genre à une personne dans lequel elle ne se reconnaît pas. C’est lorsque, par exemple, on continue d’utiliser le pronom « il » et d’accorder les verbes et les adjectifs au masculin pour parler d’une personne qui a transitionné° et qui parle d’elle-même au féminin.

Mixité choisie ou non-mixité

La mixité choisie est une pratique qui consiste à organiser des rassemblements réservés aux personnes appartenant à un ou plusieurs groupes sociaux opprimés ou discriminés, en excluant la participation de personnes appartenant à d’autres groupes structurellement discriminants (ou oppressifs), afin de minimiser la possibilité de reproduire les schémas de domination sociale. Cette pratique est un outil militant notamment utilisé dans le féminisme, l’antiracisme, les mouvements LGBTQIA+, les mouvements de minorités de genre ou de personnes en situation de handicap. Voir aussi safe space°.

Misogynie / sexisme intégrée / intériorisée

La misogynie intégrée est une forme de sexisme ordinaire non idéologique qui regroupe des pensées et des comportements intériorisés par les femmes envers les autres femmes. Les femmes ayant très souvent intégré le rôle que la société patriarcale° leur assigne, cette forme de sexisme est particulièrement tenace et difficile à déconstruire. Le sexisme intégré pousse souvent à minimiser voire à mépriser l’importance des luttes féministes et ses actions associées et prend également des formes plus quotidiennes comme le dégoût spontané pour des aisselles non épilées, le mépris pour ce qui est considéré comme « trop girly » ou encore des sentiments de jalousie plus exacerbés vis-à-vis d’autres femmes. On peut également parler de racisme intégré, d’homophobie intégrée, de transphobie intégrée, etc.

Nasse / Nasser

Il s’agit à l’origine d’un terme de pêche : la nasse est un panier d’osier ou de fil de fer en forme d’entonnoir servant à prendre du poisson. Dans le vocabulaire militant, la nasse fait référence à une technique policière visant à immobiliser ou à encadrer un groupe de personnes. La police peut nasser un groupe en utilisant de la rubalise ou en l’entourant d’un cordon de policiers. La nasse est une pratique de maintien de l’ordre extrêmement répandue que l’on critique pour son atteinte aux libertés fondamentales comme le droit de manifester.

Native

Terme anglais désignant des groupes culturels originaires d’un endroit en particulier. Selon les usages activistes et les traditions idéologiques, il est parfois traduit par « indigène » ou « autochtone » en français. Dans l’usage militant, il est souvent utilisé pour désigner les luttes des populations présentes sur un territoire antérieurement à sa colonisation, qu’il s’agisse de luttes autonomistes, de récupération du territoire traditionnel ou pour la reconnaissance des droits des minorités.

Non-binarité / personnes non binaires

La non-binarité est un concept utilisé pour désigner la catégorisation des personnes, dites non binaires ou genderqueer, dont l’identité de genre ne s’inscrit pas dans la norme binaire, c’est-à-dire qui ne se sentent ni homme ni femme, mais entre les deux, un « mélange » des deux, ou aucun des deux. Cette identité s’oppose à la binarité de genre et à la hiérarchie des genres qui l’accompagne dans un système patriarcal°. Elle remet aussi en cause l’assignation sexuelle à un genre donné.

Papiers blancs

Les personnes déboutées par le système d’asile en Suisse n’ont, pour seul papier, non pas un permis de résidence, mais une attestation de délai de départ (appelée « papier blanc »), qu’elles doivent faire viser régulièrement par les autorités cantonales en charge de la migration. " Ce papier n’octroie aucune protection légale mais permet l’accès à l’aide d’urgence. Bon prince, l’État ne laisse pas crever les personnes qu’il a illégalisées, du moins en théorie. En attendant de les expulser, il leur octroie l’aide d’urgence qui consiste en un hébergement avec, soit des plateaux-repas, soit un soutien financier de dix francs suisses par jour3."

Patriarcat

Utilisé autrefois pour qualifier la domination du patriarche sur le reste de la famille (femme, enfants, esclaves, employéexs, etc.), le patriarcat désigne aujourd’hui plus généralement l’organisation sociale, politique et juridique basée sur la détention de l’autorité et du pouvoir par les hommes cisgenres et les formes de discrimination qui en découlent.
Dans les théories féministes, ce concept a été utilisé pour désigner et analyser la spécificité de l’oppression des femmes face à d’autres types d’oppression (classisme, racisme, etc.). Les mouvements féministes intersectionnels° contemporains mettent l’accent sur l’intrication du patriarcat avec les autres formes de domination.

Permis de réfugiéexs

Les personnes qui demandent l’asile en Suisse se voient accorder un statut juridique et des droits différents selon l’issue de la procédure :\

  • le permis N de requéranxtes d’asile est une confirmation que la personne a demandé l’asile en Suisse et qu’elle attend une décision du Secrétariat d’État aux Migrations (SEM) ;
  • le permis B de réfugiéex reconnuex est octroyé lorsqu’une personne requérante d’asile a expliqué de « manière vraisemblable et justifiée qu’elle subit dans son pays d’origine des persécutions relevant du droit d’asile au sens de la Convention de Genève4 », elle se voit alors accorder l’asile ;
  • le permis F d’admission provisoire en tant que réfugiéex est octroyé lorsqu’une personne remplit les conditions requises pour obtenir le statut en vertu du droit international, mais voit sa demande d’asile rejetée par le SEM en vertu de la loi suisse sur l’asile. D’un point de vue formel, le SEM ordonne alors l’expulsion de la Suisse. Toutefois, pour des raisons de droit international, l’expulsion est illicite et la personne est donc acceptée provisoirement comme réfugiée en Suisse ;
  • le permis S est un statut juridique qui a été introduit afin de pouvoir réagir de manière appropriée, rapide et pragmatique à des situations d’exode massif. Les « personnes à protéger » reçoivent le droit à un séjour provisoire en Suisse. Ce statut n’a jusqu’à présent jamais été utilisé ;
  • si la personne requérante d’asile ne subit pas dans son pays d’origine des « persécutions pertinentes en matière de droit d’asile » et aucun motif ne s’oppose à son renvoi dans son pays d’origine, le SEM ordonne l’expulsion. Elle reçoit alors une attestation de délai de départ (voir : Papiers blancs°).

Phishing

Contraction des mots anglais phreaking, désignant le piratage de lignes téléphoniques, et fishing, « pêche ». Il s’agit d’une technique frauduleuse utilisée pour récupérer des informations (généralement bancaires) auprès d’internautes. Le plus souvent, le phishing consiste à imiter l’identité d’une entité d’émission plus ou moins fiable (comme une banque ou une entreprise) pour faire croire quelque chose à la victime, la poussant à donner de l’argent ou des informations.

Précariat

Terme utilisé pour décrire la « classe » de personnes vivant en situation précaire. On dit parfois qu’il a remplacé, dans les démocraties contemporaines occidentales, le terme de « prolétariat ». Dans cette optique, le terme désigne une réalité spécifique : si l’on constate un accroissement de la « classe moyenne », on assiste à l’émergence d’une classe précaire qui n’est plus aussi homogène (lieu de travail, conditions de vie etc.) que ne pouvait l’être la classe « ouvrière ». L’idée de précariat cherche généralement à désigner un ensemble de réalités très diverses : étudianxtes, sans-papièrexs, travailleureuxses ubériséexs, etc.

Prix libre

À ne pas confondre avec la gratuité, le prix libre est un mode de fixation du prix par les personnes qui achètent. L’objet ou le service n’a pas de prix fixé par la personne qui le propose. Le prix libre permet de donner accès à quelque chose en fonction des moyens de l’acheteureuxse et de sortir de la logique de la valeur de marché uniquement. Le prix de revient ou un prix conseillé peut parfois être affiché. Le prix libre peut inclure ou non la possibilité de gratuité de l’objet ou du service.

Pro-sexe

Le féminisme pro-sexe naît aux États-Unis dans les années 80, principalement en réponse aux féminismes abolitionnistes° du travail du sexe° et de la pornographie. Le mouvement pro-sexe met en avant la libération sexuelle, la déconstruction des stéréotypes de genre dans la sexualité et la réappropriation positive de la sexualité en considérant toute activité sexuelle consentie comme fondamentalement saine et plaisante. Les enjeux sont de politiser la sexualité en déconstruisant ses dynamiques patriarcales°, d’abolir la primauté de l’orgasme masculin, les discriminations au sein des relations sexuelles et de mettre en avant le consentement, l’acceptation des désirs et le sexe sans risques. Voir aussi Sex-positive°*.

Queer

Queer est un anglicisme signifiant littéralement « étrange » ou « bizarre ». À l’origine injure homophobe et transphobe, les minorités concernées se sont réapproprié ce mot au début des années 1990 en lui attribuant une connotation positive. Il est utilisé pour désigner l’ensemble des personnes ayant une orientation sexuelle° autre que l’hétérosexualité ou se reconnaissant dans une identité de genre° différente de la cisidentité°.

Racisation / personnes racisées

La race n’existe pas comme essence ou nature distinctive biologique de tel ou tel groupe humain. Par contre, des individus et des groupes de personnes font l’objet de processus de racisation (ou racialisation), liés à des contextes culturels, sociaux et économiques. Lorsqu’on utilise ce terme comme un adjectif (une personne racisée), on désigne des personnes qui subissent le racisme systémique qui découle de cette assignation raciale, de la race en tant qu’elle existe comme représentation culturelle partagée.

Rooter

Désigne, en informatique, le fait de relier ensemble deux éléments, ou de ramener un système à sa racine (root).

Safe Space

Un safe space, littéralement « espace sûr », est un lieu qui entend permettre à des personnes marginalisées et opprimées de se réunir dans un environnement sûr et bienveillant, qui tente d’instaurer un cadre dépourvu des formes de dominations habituelles. L’idée de safe space désigne souvent un processus d’autocritique permanent visant à réfléchir à la manière dont se reproduisent des oppressions dans des espaces temporaires ou permanents. Les safe spaces émergent dans les années 60 aux États-Unis au sein des milieux LGBTQIA+. Cette notion est étroitement liée à la mixité choisie°.
Nombre de collectifs s’accordent à dire que le safe space est un idéal critique vers lequel tendre plutôt qu’une réalité objectivement observable, c’est pourquoi on parle parfois de safer space (espaces plus sûrs). Aussi, l’idée d’un safe space tend à universaliser l’expérience de chacunex : un espace peut être plus safe pour des femmes cis° blanches sans forcément l’être pour des femmes cis noires par exemple.

Sex-positive

Apparu dans les années 60 et lié au féminisme pro-sexe° dans le sens où il se place également en opposition à la vague antisexe et au féminisme abolitionniste°, le mouvement sex-positive vise à déconstruire les hiérarchisations morales associées à la sexualité, souligner la diversité des expressions sexuelles et mettre au centre de la sexualité le droit au plaisir, le body positivisme° et le consentement.

Sit-in

Le sit-in est un type de manifestation dans lequel des personnes s’assoient pacifiquement pour bloquer un espace, comme une rue ou un bâtiment.

Socialisation, socialiséex

En sociologie, la notion de socialisation désigne les processus par lesquels un individu acquiert et intériorise les normes, les rôles et les valeurs qui structurent la vie sociale en construisant ainsi son identité sociale et psychologique. La socialisation se fait à travers des instances multiples dont l’éducation ou le contact avec les pairs. Le concept de socialisation différenciée ou socialisation de genre permet d’expliquer la transmission et l’intériorisation des normes et codes sociaux relatifs au masculin et au féminin ainsi que le développement des identités de genre qui s’y rapportent.

Sororité

Le terme sororité provient du terme latin soror, qui signifie sœur ou cousine. La sororité est la solidarité entre femmes. Elle désigne les liens entre les femmes qui se sentent des affinités, ont un vécu partagé en tant que personnes socialisées femmes et au statut social qui y est lié. L’équivalent inclusif et non binaire° de sororité est adelphité°.

Street medic

Les street medics sont des personnes qui fournissent une aide médicale de premiers secours dans un contexte de lutte politique (manifestations, squats, etc.).

Suffragettes

Le terme suffragettes désigne les mouvements du début du XXe\ siècle en faveur du droit de vote des femmes au Royaume-Uni. Le terme prend son origine dans la National Union of Woman’s Suffrage Societies (NUWSS), fondée en 1897 par Millicent Fawcett en Angleterre. Issu majoritairement de classes bourgeoises blanches, le mouvement a essaimé dans des classes sociales et pour des causes diverses, trouvant pour point commun la lutte pour le droit de vote des femmes. Deux lignes de force principales constituent le mouvement : l’approche dite modérée et constitutionnaliste du NUWSS et l'action directe° représentée notamment par la Women’s Social and Political Union (WSPU) d’Emmeline, Christabel et Sylvia Pankhurst.

Spywares

Logiciels invisibles qui infectent les appareils numériques puis enregistrent et transmettent les actions des utilisateurixes, par exemple les mouvements de la souris et du clavier sur un ordinateur.

Systémique

Terme issu des approches holistes/structuralistes des sciences sociales, qui insistent sur l’influence des structures sociales, culturelles et politiques sur les individus et les pratiques, mais aussi sur les institutions et les représentations partagées. Il est souvent utilisé dans le langage militant pour dégager une question d’un niveau de problématisation individuel et l’inscrire dans des déterminations sociales plus larges (systémiques, causées par un système et non par des caractéristiques ou des dispositions individuelles).

Test osseux

Datant de 1959, le test osseux est un moyen utilisé par les tribunaux et les autorités, afin de déterminer si une personne est majeure. Dans le domaine de l’asile, il est souvent utilisé pour accorder ou non la protection aux mineurexs non accompagnéexs (puisque le test est supposé permettre d’identifier l’âge réel d’une personne). Il s’agit de radiographies de la main et du poignet qui sont ensuite comparées à des planches d’images similaires dans un atlas de référence. La croissance osseuse des personnes est évaluée subjectivement à partir des images, c’est-à-dire à l’œil nu et sans quantification précise. Cette méthode est scientifiquement très contestée, notamment parce qu’elle ne tient pas compte des facteurs socioéconomiques et nutritionnels et que la marge d’erreur des tests est d’un à deux ans pour les adolescenxtes entre 16 et 18 ans. Elle reste pourtant très utilisée par les tribunaux et l’administration en charge des questions migratoires.

Torrent

Dans le système de distribution de fichiers BitTorrent, un fichier torrent ou de méta-info est un fichier informatique qui contient des métadonnées sur les fichiers et les dossiers à distribuer, et généralement aussi une liste des emplacements réseau des trackers. Un fichier torrent ne contient pas le contenu à distribuer ; il ne contient que des informations sur ces fichiers, telles que leurs noms, la structure des dossiers et les tailles obtenues via des valeurs de hachage cryptographiques pour vérifier l’intégrité des fichiers. Le terme torrent peut faire référence soit au fichier de métadonnées, soit aux fichiers téléchargés, selon le contexte.

Trans / transgenre / transidentités

On parle de transidentité, ou de transidentités, au pluriel, pour désigner les identités pour lesquelles, contrairement à la cis°-identité, l'identité de genre° vécue et le sexe assigné à la naissance ne correspondent pas.

Transition / transitionner

Le parcours de transition est le processus que traverse une personne trans°, genderqueer ou non binaire, afin de changer d’identité de genre. Le terme peut être utilisé pour tous les actes psychologiques, administratifs, sociaux ou médicaux (hormonosubstitution, chirurgie de réattribution de genre, chirurgie de réattribution sexuelle, etc.), qui peuvent permettre à une personne de se sentir mieux dans son corps et de s’identifier au genre auquel elle appartient. Il est important de préciser qu’une transition n’implique pas toujours une réattribution sexuelle ou une prise en charge médicale.

Travail du sexe / travailleureuxses du sexe

Le travail du sexe (en anglais sex work) est un synonyme de prostitution, mais il peut aussi englober d’autres métiers liés à l’industrie du sexe : acteurixe dans l’industrie pornographique, escorting, camgirls/camboys, assistanxtes sexuelles, etc. Il a été utilisé pour la première fois par la travailleuse du sexe militante, féministe et pro-sexe Carol Leigh dans le but de dédiaboliser le mot « prostituéex ». Ce terme permet aussi de mettre l’accent sur les droits, les garanties sociales et les conditions matérielles qui devraient être liées au travail du sexe comme ils le sont dans tous les autres corps de métier.

Troll (verbe : troller)

Lutin des légendes scandinaves qui traîne trop sur internet.

Vénèrex

Verlan de « énervéex ». Est fréquemment utilisé dans les slogans militants pour désigner la colère et la détermination présente dans les luttes, à l’instar du slogan féministe : « Fière, vénère et pas prête de se taire ».

White hats

Les white hats sont des hackeureuxses agissant dans la légalité, souvent experxtes en sécurité. Les white hats informent généralement les détenteurixes des sites dont iels ont testé, et éventuellement percé, les défenses. Il est difficile d’établir d’autres traits communs liés à ce terme : les white hats peuvent agir pour des buts et des bords politiques très différents.

ZAD

Acronyme de Zone À Défendre, le terme ZAD désigne une tactique de lutte qui s’oppose à des projets considérés inutiles, dangereux et nuisibles à l’environnement en occupant la zone destinée à être aménagée pour empêcher la réalisation du projet en question. Ce mode d’organisation politique a notamment été utilisé dans la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le barrage de Sivens, la ferme des mille vaches ou l’extension de la cimenterie holcim en Suisse.

Zbeul

De l’arabe, زبل, zebl', fumier, ordure, désordre. Souvent utilisé dans le vocabulaire militant pour désigner le fait d’agiter une manifestation ou de mettre en place des actions de dégradation matérielle.


  1. Rapport pour les droits et la mobilité des personnes noires africaines en Suisse et en Europe du collectif Jean Dutoit. 

  2. Duc-Quang Nguyen et Stefania Summermatter, « La Suisse défend l’accord de Dublin et ce n’est pas un hasard », Swissinfo, 19.02.2016. URL : www.swissinfo.ch/fre/politique/politique-de-l-asile_la-suisse-défend-l-accordde-dublin-et-ce-n-est-pas-un-hasard/41969008

  3. Sans retour papier blanc, Collectif Sans Retour, 2018. 

  4. Dans Osar.ch. URL : www.osar.ch/themes/asile-en-suisse/statut-de-sejour

Sommaire